Yan
LEVIONNOIS

Violoncelle

Biographie

Yan Levionnois a étudié le violoncelle notamment à Paris avec Marc Coppey et Philippe Muller, à Oslo avec Truls Mørk, et à New York avec Timothy Eddy, où il a également suivi des cours de philosophie à la Columbia University.

Premier Prix des concours internationaux “André Navarra” et “In Memoriam Rostropovitch”, Yan Levionnois est également lauréat du premier concours Reine Elisabeth consacré au violoncelle et du dernier concours Rostropovitch, où il a notamment obtenu le prix de la “personnalité la plus remarquable”, et a été nommé aux Victoires de la Musique 2011. Il est d’autre part lauréat des fondations d’entreprise Banque Populaire et Safran, révélation classique de l’Adami 2013, et depuis 2016 artiste associé de la Fondation Singer-Polignac à Paris.

Il s’est produit en soliste avec notamment le London Philharmonic Orchestra, l’Orchestre National de France, le Sinfonia Varsovia et l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, sous la direction de Daniele Gatti, Jean-Jacques Kantorow ou encore Heinrich Schiff, et compte parmi ses partenaires de musique de chambre des personnalités telles que David Grimal, Antoine Tamestit, Renaud et Gautier Capuçon, Nicholas Angelich, David Guerrier, Emmanuel Pahud et le quatuor Ébène. Musicien éclectique, il joue régulièrement avec l’accordéoniste de jazz Richard Galliano, et participe en tant que chef de pupitre à l’ensemble sans chef “Les Dissonances”.

Sa discographie a été unanimement saluée par la presse et le public depuis son premier disque, “Cello Solo”, sorti en 2013 chez Fondamenta. Notons également, entre autres, un disque de sonates avec le pianiste Guillaume Bellom et “Pierrots Lunaires”, un disque de duos avec la violoniste Mélanie Clapiès, tous deux parus chez le même label, ainsi qu’un enregistrement live à Lugano du Trio Élégiaque n2 de Rachmaninov, paru chez EMI dans le coffret “Martha Argerich & Friends 2011”.

 

Attaché à la création contemporaine et aux rencontres avec les compositeurs, il a travaillé avec Jonathan Harvey, Bruno Mantovani ou encore Éric Tanguy. Il a, de plus, commandé une pièce à Kryštof Mařatka pour le disque “Cello Solo”, et a créé le concerto pour violoncelle et orchestre d’harmonie de Richard Dubugnon, une collaboration qui a fait l’objet du film “Ce qu’il faut de silences”, réalisé par Thierry Augé.

Il a eu la chance de participer à la création de son violoncelle, réalisé par Patrick Robin, et joue un archet fait pour lui par Yannick Le Canu.