Guillaume
BELLOM

piano

Biographie

Guillaume Bellom a l’un des parcours les plus atypiques de sa génération, menant des études de violon parallèlement au piano, depuis le conservatoire de Besançon jusqu’au CNSM de Paris. C’est au contact de personnalités musicales marquantes, telles que Nicholas Angelich et Hortense Cartier-Bresson, qu’il se consacre pleinement son activité de pianiste.

 

Finaliste et prix “Modern Times” de la meilleure interprétation de la pièce contemporaine lors du concours Clara Haskil en 2015, il se révèle lors de cet événement dédié à la pianiste roumaine, elle-même violoniste à ses heures. La même année, il remporte le premier prix du concours international d’Épinal et devient lauréat de la fondation L’Or du Rhin, avant de remporter le prix Thierry Scherz des Sommets Musicaux de Gstaad l’année suivante. Le grand public le découvre lors des Victoires de la Musique 2017, où il est nommé dans la catégorie “révélation soliste instrumental”. Il est également artiste en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2012.

 

Il s’est produit en soliste avec l'Orchestre National d'Ile de France, l’Orchestre de Chambre de Lausanne, la Camerata du Léman, l’Orchestre National de Lorraine, sous la direction de Jacques Mercier, Christian Zacharias, Dylan Corlay. Il est l’invité du festival de Pâques d’Aix-en-Provence, du festival international de piano de la Roque d'Anthéron, de Piano aux Jacobins, du festival de Pâques et de l’Août Musical de Deauville, du Festival des Arcs, du Bel-Air Claviers festival. Il s’est également produit à la salle Cortot, à l'Opéra d'Athènes, au Concert Hall de Shanghai, au Royal Opera de Bombay, au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, avec des artistes tels que Renaud Capuçon, Amaury Coeytaux, Paul Meyer, Yan Levionnois, Victor Julien-Laferrière, Antoine Tamestit.

 

Sa discographie comporte notamment deux albums dédiés aux œuvres pour quatre mains de Schubert et Mozart, enregistrés avec Ismaël Margain pour le label Aparté, un disque en sonate avec le violoncelliste Yan Levionnois, paru en 2017 pour Fondamenta, et un disque en solo paru chez Claves la même année, consacré à Schubert, Haydn et Debussy.