Histoire

Retrouvez les dates et moments clés de l'histoire du concours de 1943 à nos jours.

2017 Bernard Volker élu à la présidence de la Fondation

2010 Naissance du concours Régine Crespin

Depuis 1943, le Concours Long-Thibaud choisit et fait entendre les jeunes pianistes et les jeunes violonistes appelés au plus bel avenir.

Sa notoriété et la confiance qu'il inspire ne sont plus à dire, et c'est la raison pour laquelle la Fondation Long-Thibaud a choisi d'ajouter une troisième épreuve au programme du concours : le chant. Ainsi naîtra le Concours Long-Thibaud-Crespin qui tous les trois ans à Paris, à partir de 2011, sélectionnera puis couronnera les voix les plus prometteuses.

Le nom de Régine Crespin (1927-2007) est venu presque naturellement à l'esprit de la Fondation, tant la célèbre cantatrice incarne à elle seule l'élégance et les couleurs du chant français. Repérée elle-même lors du Concours des plus belles voix de France, après la guerre, Régine Crespin aura désormais pour mission posthume de porter à travers le monde la renommée de l'épreuve qui porte son nom.

La première édition du Concours Long-Thibaud-Crespin s'est déroulé du 31 octobre au 5 novembre 2011 avec la participation de l'Orchestre National de France dirigé par Bertrand de Billy. Les éliminatoires ont eu lieu dans quatorze villes à travers le monde, et le concert de gala au Théâtre du Châtelet à Paris. Didier de Cottignies fut le directeur artistique de cette nouvelle épreuve et Alexander Pereira a présidé le jury de la première édition.

2008 «Les amis du Concours Long-Thibaud»

Création de l'Association « Les Amis du Concours Long-Thibaud » qui a pour vocation d'entendre les attentes du public et de mieux y répondre, et d'accompagner davantage les nouveaux talents dans leurs débuts.

2006 - 2007 Jean-Philippe SCHWEITZER à la présidence

Nomination à la présidence de la Fondation Long-Thibaud de Jean-Philippe Schweitzer, fils de Nicole Henriot, petit-neveu de Charles Munch, ancien élève de l’Ecole Nationale d’Administration.

Des réformes sont engagées dans la gouvernance des concours. Séparation de l'administratif et de l'artistique. Une charte de transparence est adoptée. Présence des anciens mécènes confirmée. Arrivée de la Banque Transatlantique du groupe CIC et de RTE qui viennent renforcer le soutien financier à la Fondation Long-Thibaud.

Un comité artistique sera commun aux instruments et reflètera la diversité des métiers de l'univers musical.
Le concours reprend un cycle biennal.
La Fondation prend sa part dans des missions d'intérêt public et œuvre en direction des milieux défavorisés et des handicapés.
Afin de rendre le concours au public, l'entrée aux épreuves et aux concerts du concours sera gratuite.
Aldo Ciccolini accepte la présidence du jury du concours de piano, Salvatore Accardo celle du concours de violon.

2005 Hommage à Michèle Auclaire

Hommage rendu à Michèle Auclair, Premier Grand Prix du premier concours de violon. Elle avait notamment joué sous la direction de Charles Munch.

2003  60e anniversaire du Concours

60e anniversaire du Concours, concert de gala exceptionnel diffusé dans le monde par satellite, sur trente radios étrangères de l’UER (Union Européenne de Radiodiffusion). Les deux fondations fusionnent pour devenir une seule entité : la Fondation Marguerite Long – Jacques Thibaud. Le conservatoire de Bordeaux prend le nom de Jacques Thibaud.  

1999

Décès de Yehudi Menuhin. « La musique était devenue pour lui l’âme du monde » (Marcel Landowski). 

1998 Les candidats inscrits viennent des cinq continents.

Le Concours Long-Thibaud devient « une pièce maîtresse du patrimoine musical français ». Mais « il ne suffit pas d’être le meilleur pour l’emporter, encore faut-il faire preuve de ce supplément d’âme qui distingue l’instrumentiste de l’artiste » (Marcel Landowski). 

Dès lors se trouvera remplie la fonction essentielle des concours internationaux, qui est non seulement la découverte des talents nouveaux mais leur révélation dans le monde.  

1996 Renforcement considérable de l’aide financière de la Ville de Paris.

Le concours de violon, présidé par Yehudi Menuhin, devient « Concours international Ville de Paris ». Les dix sept conservatoires de la Ville de Paris votent pour leur lauréat.

1995

Le Concours est placé sous le haut patronage du Président de la République, M. Jacques Chirac. 

1994

C’est de l’Asie qu’arrivent de nouveaux et souvent très grands talents. 

1993

La présence du concours au Japon est le point de départ de nombreuses tournées en Extrême-Orient, puis en Amérique du Sud et en Amérique du Nord. 

Nouveau climat que couronne l’Académie des Beaux-Arts qui offre le Premier Grand Prix (piano et violon) d’un montant de 200 000 F (30 500 euros). 

Décès de Raymond Gallois Montbrun, membre de l’Institut de France et de l’Académie des Beaux-Arts, compositeur, Prix de Rome, Président du Comité Directeur du Concours Long-Thibaud. (Il avait remplacé Jacques Thibaud dans la tournée que devait faire ce dernier au Japon en 1953.)  

Yehudi Menuhin accepte la présidence du jury des concours de violon. Il y apporte son prestige. Parlant du rôle du jury : « Nous nous réunissons… pour souligner le degré de rapprochement qu’ils (les candidats) auraient atteint par rapport à l’idéal que nous concevons au service de la musique et des normes civilisatrices de l’humanité. » 

1991

Nomination de Roland Faure à la présidence du Conseil d’Administration des Fondations, qui succède à Louis Joxe.

Il obtient le soutien de la Ville de Paris. Il renforce le partenariat de Radio France avec ses antennes, notamment France Musique, et, en alternance, les deux orchestres (l’Orchestre national de France, directeur musical Kurt Masur et, depuis 2008, Daniele Gatti ; et l’Orchestre Philharmonique de Radio France, directeur musical Myung-Whun Chung) et de FranceTélévisions. 

1990

Soutien de la Sanwa Bank qui organise une série de concerts au Japon (récitals et concerts avec orchestre) pendant une semaine à l’intention des Grands Prix de piano et de violon.

1980

Les réformes deviennent nécessaires. Séparation des deux concours, dont la fréquence devient triennale (la 3e année : organisation d’un concert de gala des lauréats).

Un réseau de familles d’accueil est constitué pour recevoir gratuitement les candidats étrangers. De nouvelles ressources viennent de la BNP (aujourd’hui BNP Paribas) et du groupe japonais Fuji Television Network.

1966 Décès de Marguerite Long

Marguerite Long s’éteint. Les concours dans le monde vont se multiplier, la concurrence est de plus en plus sévère.

1962

Création des deux fondations, reconnues d’utilité publique, Marguerite Long et Jacques Thibaud, sous la présidence de Louis Joxe, devenu ministre du Général de Gaulle.

1957

Le concours bénéficie du patronage de l’Etat.

1953 Décès de Jacques Thibaud

Mort tragique de Jacques Thibaud dans l’accident d’avion qui l’emmenait au Japon pour une grande tournée avec son pianiste ami René Herbin. Le Concours est cruellement endeuillé, Marguerite Long est bouleversée. Le monde entier est bouleversé.

1949

L’affluence des candidats conduit à adopter la formule biennale. Aidée par son grand ami Louis Joxe, Marguerite Long obtient du gouvernement de l’Union soviétique la participation de ses ressortissants. C’est un déferlement.

1946

Les Jeunesses Musicales organisent les concerts, Pathé Marconi les enregistrements, de nombreux prix sont offerts par la Ville de Paris, la Ville de Bordeaux, cité natale de Jacques Thibaud, le Prince Rainier de Monaco, la Fondation de France, la Sacem.

1943 Création du Concours Marguerite Long-Jacques Thibaud

En 1943 est créé un concours qui a pour vocation de susciter de jeunes vocations et de couronner des artistes en devenir.

En pleine guerre, il s'agit là d'un acte de foi dont seuls des artistes confirmés comme Marguerite Long et Jacques Thibaud pouvaient être capables. Louis Joxe, ami de Marguerite Long, sera le premier président du concours.

La particularité du Concours Marguerite Long-Jacques Thibaud est d’être créé par la volonté de deux artistes glorieux, de leur vivant, dans une époque en pleine mutation. D’abord national, il est aussitôt remarqué grâce au talent de deux jeunes concertistes, Samson François et Michèle Auclair, qui remportent respectivement le Premier Grand Prix de piano et le Premier Grand Prix de violon.

Les fondateurs

Marguerite LONG
1874 - 1966 Voir la biographie de Marguerite LONG
Jacques THIBAUD
1880 - 1953 Voir la biographie de Jacques THIBAUD
Régine CRESPIN
1927 - 2007 Voir la biographie de Régine CRESPIN

L'institution

Le Concours Long-Thibaud-Crespin : acteur et témoin de l'histoire musicale.

  • Bernard Volker, président de la Fondation Marguerite Long-Jacques Thibaud
  • François Fournet, trésorier
  • Patrick Collard, secrétaire
  • Michel Boyon, Conseiller d'Etat
  • François Bujon de Lestang
  • Renaud Capuçon
  • Bernard Courtois, préfet, représentant le ministère de l'Intérieur
  • Jean-Claude Hulot
  • Dominique Meyer, directeur de l'Opéra de Vienne (Wiener Staatsoper)
  • Augustin de Romanet
  • Jean-Philippe Schweitzer
  • Représentant le ministre de la Culture

Nous soutenir

Le mécène est une personne ou une entreprise (publique ou privée) qui apporte un soutien financier annuel important à la Fondation pour son fonctionnement et pour l'organisation des concours.

VINCI

Mécène principal du concours de violon 2018.

VINCI est heureux de soutenir le concours 2018 de violon de la Fondation Long Thibaud et de contribuer à l’épanouissement des jeunes talents musicaux dans le monte entier.

VINCI est un acteur mondial des métiers des concessions et de la construction, employant plus de 183 000 collaborateurs dans une centaine de pays. Sa mission est de concevoir, financer, construire et gérer des infrastructures et des équipements qui contribuent à l’amélioration de la vie quotidienne et à la mobilité de chacun. Parce que sa vision de la réussite est globale et va au-delà de ses résultats économiques, VINCI s’engage sur la performance environnementale, sociale et sociétale de ses activités. Parce que ses réalisations sont d’utilité publique, VINCI considère l’écoute et le dialogue avec l’ensemble des parties prenantes de ses projets comme une condition nécessaire à l’exercice de ses métiers. L’ambition de VINCI est ainsi de créer de la valeur à long terme pour ses clients, ses actionnaires, ses salariés, ses partenaires et pour la société en général.

VINCI est mécène de grandes institutions culturelles tels que l’Institut Français, le Centre Pompidou à Paris et le MuCEM à Marseille. VINCI accompagne également le château de Versailles depuis plus d’une décennie dans son programme de restauration patrimoniale et a été le mécène de la transformation audacieuse du pavillon Dufour qui accueille aujourd’hui les visiteurs du château. L’aventure a commencé aux début des années 2000 lorsque VINCI se lance dans la restauration de la galerie des Glaces dans le cadre d’un mécénat de compétences en mettant au service de ce projet le savoir faire de ses entreprises spécialisées dans la restauration de monuments historiques. En 2003, ce projet représente le plus grand montant de mécénat jamais réalisé en France et VINCI devient le premier Grand mécène du Ministère de la culture et de la communication. Engagement culturel mais aussi social à travers la Fondation VINCI pour la Cité qui contribue avec ses actions de mécénat et d’engagement citoyen à la lutte contre l’exclusion et  environnemental avec de nombreux soutiens au monde scientifique et la création de fondations au service de l’environnement.

Voir le site

 

CBA

CBA est une agence de design internationale. 
Notre réseau est composé de 13 bureaux qui partagent le même état d'esprit. 
Nos 305 experts mettent chaque jour leur passion au service de marques dans plus de 30 pays.

Voir le site

Fuji Television Network

Fujisankei Communications Group est le premier groupe de communication du Japon. Outre la télévision et la presse écrite, dont la chaîne Fuji TV et le quotidien Sankei sont les représentants phares, ses activités s’étendent à la radio, à l’édition et à la production musicale et cinématographique. Depuis plus de 40 ans, le groupe Fujisankei s’investit par ailleurs dans le mécénat culturel et artistique.

Voir le site

Réseau de Transport d'électricité 

Le Réseau de Transport d'électricité (RTE) est le gestionnaire du réseau de transport d'électricité français. Entreprise de service public, il a pour mission l'exploitation, la maintenance et le développement du réseau haute et très haute tension. Il est garant du bon fonctionnement et de la sûreté du système électrique.

RTE achemine l'électricité entre les fournisseurs d'électricité (français et européens) et les consommateurs, qu'ils soient distributeurs d'électricité (ERDF et les entreprises locales de distribution) ou industriels directement raccordés au réseau de transport.

Avec 100 000 km de lignes comprises entre 63 000 et 400 000 volts et 46 lignes transfrontalières, le réseau géré par RTE est le plus important d'Europe. RTE a réalisé un chiffre d'affaires de € 4 126 millions en 2007 et emploie environ 8300 salariés.

Le partenaire peut être une entreprise publique ou privée qui, par des mises à disposition gratuite de ses services, apporte un soutien à la Fondation Long-Thibaud comme par exemple : la mise à disposition d'un instrument, d'un orchestre ou d'une salle.

2009 : une association est née : les Amis du Concours Long-Thibaud.

Son objectif ? élargir l'horizon du concours, contribuer à sa renommée, multiplier ses soutiens. En un mot : poursuivre l'histoire commencée en 1943 par les deux fondateurs du concours, Marguerite Long et Jacques Thibaud.

Associez-vous à la grande histoire du piano et du violon !

En vous accueillant au sein de l'association, le Concours bénéficiera de votre écoute et de votre soutien. Vous partagerez avec nous les différentes étapes de la vie du concours, en amont et en aval des épreuves (les épreuves de piano et de violon ont lieu chaque année à l'automne, alternativement) ; vous vivrez de très près les espoirs, les angoisses et les joies des candidats ; vous participerez à l'effort collectif de l'organisation des épreuves ; vous aiderez les lauréats à mener la carrière la plus brillante et la plus originale possible.

Bref, vous deviendrez acteur du monde de la musique et vous contribuerez au prestige du Concours Long-Thibaud et de ses lauréats.

Avantage fiscal : la réduction d'impôts pour les particuliers est à hauteur de 66% des dons versés, dans la limite de 20% du revenu net imposable.

La mission des Amis du Concours Long-Thibaud

  • soutenir les activités de la Fondation Long-Thibaud
  • aider à la promotion des concours de piano et de violon auprès des instances locales, des organisateurs de concerts, des directeurs de salles, des orchestres régionaux, des ensembles de musique de chambre
  • les promouvoir lors de concerts de lauréats, sur les antennes locales de Radio France, sur les radios privées et sur les chaînes locales de la télévision
  • trouver des engagements aux lauréats (récitals et concerts avec orchestre) en France et à l'étranger
  • aller vers de nouveaux publics
  • concourir en France et dans le monde entier au rayonnement de la musique française.

Nos coordonnées

Les Amis du Concours Long-Thibaud
32, avenue Matignon
75008 Paris
Tél : +33 (0)1 42 66 66 80
Fax : +33 (0)1 42 66 06 43
Courriel : amis.longthibaudcrespin(at)gmail.com

Télécharger le bulletin d'adhésion